Tous nos rayons
Conseils

Instruments à vent : de l'importance de l'entretien

Qui n’a pas entendu parler de ce musicien britannique tragiquement décédé de graves lésions pulmonaires liées à sa pratique quotidienne de la cornemuse ? Un manque d’entretien fatal puisque l’accumulation de bactéries a déclenché une pneumopathie d’hypersensibilité chez le sexagénaire mélomane.

 

Tous les instrumentistes à vent devraient se sentir concernés par le nettoyage de leurs chers partenaires musicaux. L’hygiène semble être le premier moteur d’un nettoyage rigoureux, mais n’oublions pas ses bienfaits sur votre instrument !

Au-delà des bactéries et autres miasmes, l’humidité peut aussi créer des désagréments techniques à votre instrument.
Il nous convient alors de distinguer les bois des cuivres.
En effet lorsqu’il s’agit des cuivres les risques sont moindres, même si un manque de nettoyage poussé à l’extrême peut clairement nuire à l’émission du son. Combien de musiciens avons-nous vus à l’atelier pour régler des problèmes d’émission ? La solution est souvent le nettoyage de l’embouchure, qui dans bien des cas est totalement obstruée par le dépôt de salive, réduisant ainsi le diamètre du grain et donc la puissance sonore de l’instrument tout entier.

Que faire me direz-vous ?

Quelques gestes simples suffiront à résoudre ce problème : l’usage des tiges écouvillons pour embouchures par exemple. Pour quelques euros seulement cette petite brosse vous permettra de nettoyer l’intérieur de la queue de l’embouchure ainsi que le grain. Pour ce qui est de la cuvette et des bords un simple passage sous l’eau tiède suivi d’un peu d’alcool à 70 suffit à faire de votre embouchure une reine de beauté.

La tâche se complique pour les bois. Tampons, bois, anches, becs, autant de paramètres qui allongent un peu la durée du rituel nettoyage. Outre l’indispensable écouvillon à passer sans modération dans le corps de l’instrument (sécher l’intérieur de son instrument permet d’allonger la durée de vie des tampons puisque l’humidité ainsi éliminée ne les infiltrera pas), sachez que les éléments les plus exposés sont à la portée de votre bouche : le bec et le bocal !
Heureusement les fabricants ont pensé à tout : un écouvillon spécial existe pour nettoyer ces deux éléments dans lesquels il ne faut surtout pas essayer d’insérer les écouvillons pour instrument qui risqueraient de rester coincés.
Le bec est quant à lui nettoyable avec un peu d’alcool à 70. N’oubliez pas de changer votre pastille protège bec régulièrement toujours dans ce même soucis d’hygiène.

Hygiène, longévité de son instrument, les vertus du nettoyage sont nombreuses et le rendent donc indispensable après chaque utilisation. Des gestes simples pour faire de cette « corvée » une habitude, un rituel ! En cas de doutes ou de questions n’hésitez pas à questionner votre réparateur !